NOS SAVOIR-FAIRE

Wave Wave
Le Capital Immatériel constitue un actif pour les entreprises, et notamment les start-up que la comptabilité des organisations ne prend pas en compte. Quelles que soient leurs tailles, qu’elles se situent dans les secteurs high-tech ou traditionnels, les entreprises ont besoin de connaître avec précision les valeurs de leurs actifs.
Les opérations d’évaluation sont des opérations très techniques, à la fois sur le plan juridique, technologique, économique et financier.
Une sous-estimation de la valeur des droits de propriété industrielle (ou a contrario une surestimation) provoquera des déséquilibres entre les divers partenaires associés à l’entreprise.
Posons-nous et faisons un point :
Schema-stade
Schema-etat
Tout commence par le diagnostic de l’entreprise. Une faillite peut souvent être évitée, pour autant que l’on s’attache au véritable problème. Connaissez-vous vos faiblesses et vos points d’attention ? Faites le test et corrigez la trajectoire !
Evaluer consiste à estimer la valeur d’un actif à une date donnée en fonction d’un objectif spécifique fixé. Cette opération ramène toutes les caractéristiques et qualités d’un actif à une valeur monétaire unique valable à une certaine date en fonction d’un environnement propre.
L’analyse économique de l’entreprise a pour but de :
• dégager les points forts et les points faibles de l’entreprise choisie, compte tenu de son environnement,
• fonder l’évaluation de l’entreprise et l’argumentation qui sera utilisée lors de la négociation,
• préciser les actions prioritaires à mener, en exploitant les points forts et en trouvant des remèdes aux points faibles,
• vérifier la cohérence entre l’entreprise convoitée et le projet personnel du repreneur.
Ce travail consiste, après avoir réuni les documents nécessaires, à procéder à plusieurs diagnostics :
• un diagnostic des moyens de l’entreprise,
•un diagnostic de son activité,
• un diagnostic financier,
• un diagnostic humain,
• un diagnostic juridique,
• un diagnostic qualité-sécurité-environnement (QSE)
Comment ?
Visite de votre entreprise avec un audit de votre structure. Diagnostic afin de déceler vos forces et faiblesses sur les différents pans de votre activité. Enfin nous vous proposons une note de recommandations opérationnelles et stratégiques pour améliorer votre gestion d’entreprise et nous vous proposons des solutions pour les externaliser.
Quoi ?
Nous analysons l’ensemble des indicateurs et critères qui impactent la vie & l’avenir de votre entreprise.
valorisée à sa juste valeur.

Valoriser son entreprise

Notre objectif est de vous donner une valeur de votre entreprise. La valorisation du Capital Immatériel permet d’effectuer le monitoring de l’état de santé général de l’entreprise pour rassurer la banque ou les fonds. L’audit « due diligence » pour un investisseur est un élément fondamental dans sa décision d’investir. L’avis de valeur permet de connaître les forces et les faiblesses de ses actifs immatériels et mettre en avant les bons arguments pour défendre son business plan et convaincre de potentiels investisseurs. Valoriser consiste à créer de la valeur économique à partir d’un actif ou d’une combinaison d’actifs, grâce à un processus et des méthodes de management dont la première étape consiste à évaluer financièrement des actifs.
Contrairement aux méthodes classiques de valorisation, une valorisation prenant en compte le capital immatériel ne dépend pas uniquement de la capacité d’une entreprise à générer des cash-flows. Dans ce cas, le fait de ne pas être rentable n’empêche pas une startup d’être valorisée à sa juste valeur.
méthode
Fixer une valeur
Mesurer l’importance des droits
Prendre en compte l’impact fiscal
Conscientiser les financiers
Faire en sorte que les règles de partage dans un consortium soient claires pour les inventions et le partage de valeur
Effectuer un état sur la « récupération de passif » sur le Capital Immatériel notamment l’IP.
Pour préparer correctement la cession de votre entreprise, ou travailler sur un projet d’acquisition, il faut se pencher sur sa valorisation. De nombreuses méthodes de valorisation d’entreprise existent : l’approche patrimoniale, la méthode des flux de trésorerie, l’approche comparative, les méthodes basées sur les performances, la méthode des barèmes…
Nous vous présentons dans ce dossier les principales méthodes de valorisation d’entreprise, le choix de la méthode de valorisation et l’ajustement du montant calculé en fonction des critères importants.
Les évaluations patrimoniales
Les évaluations basées sur la performance
Les évaluations basées par les flux de trésorerie disponibles
Les évaluations par approche comparative
Les évaluations par barème
eval
schema3
Pour financer son projet d’entreprise en phase de création ou de développement, plusieurs process et plusieurs acteurs peuvent s’inscrire dans la démarche.
BANQUE et / ou CROWNLUNDING
Vous devez convaincre la banque que vous pouvez rembourser le prêt et apporter la garantie. Grâce au Capital Immatériel, vous augmentez vos Fonds Propres et donc l'assiette de financement: avec votre expert-comptable. Le scoring de l'intangible permets de communiquer, rassurer et valider votre demande. Vous aurez un état factuel de la situation et éventuellement les actions à mener pour avoir un gearing / des KPI qui permettent de convaincre.
Fonds d'investissement
Construction du Story Equity pour valider la décision du fond avec des indicateurs R&D et financiers robustes et fiable. Vous garantissez vos asset et devenez moins risqué: votre demande sera privilégiée et votre investissement facilité. Avec ICV drive, le fonds à un historique et peut investir en toute quiétude.
Co Développement

Protéger son savoir-faire immatériel

En plein centre de la valorisation des entreprises, on retrouve nécessairement un flux de données stratégiques, techniques, commerciales et financières, ainsi qu’organisationnelles. Parmi elles, certaines sont jugées « sensibles » étant donné que leur valeur dépend quasi exclusivement du caractère secret, ou confidentiel, qui leur est alloué.
Un management efficace est nécessaire pour les données stratégiques
Les entreprises (et organisations) disposent d’une valeur qui peut être reliée à la protection des informations. Et notamment lorsque ces dernières sont au cœur d’innovations particulièrement compétitives. De même, la compétitivité des entreprises peut dépendre d’un certain partage d’informations entre partenaires commerciaux et financiers. La performance des organisations s’active donc autour des notions « en dire trop » ou « ne pas en dire assez » qui constituent les stratégies des entreprises.
Par ailleurs, la communication qui s’opère au sein même des entreprises et organisations doit intégrer et gérer les informations sensibles (ou secrètes), tout en prêtant attention au contexte sociétal qui exige une transparence pour toutes les parties prenantes. C’est donc face à ces différents enjeux que les entreprises doivent baser leur management de l’information et protéger leurs données secrètes.

 

Un processus en 5 étapes:

Le repérage des informations sensibles
Avant de vouloir protéger certaines données, il est essentiel de les repérer au sein de ses métiers, les cycles de vie des produits et services et la poursuite des différents projets.
La classification des données
Une fois repérées, les données doivent être classifiées selon le niveau de protection dont elles nécessitent : informations publiques, informations internes, informations internes et confidentielles et informations internes et secrètes.
L’analyse du risque
Les risques doivent également être analysés si l’on veut parvenir à une évaluation correcte des informations sensibles. L’analyse porte sur plusieurs critères parmi lesquels on retrouve l’importance de l’information (ou son utilité) et le degré de gravité d’une divulgation éventuelle (quelle menace pour l’entreprise ?).
Favoriser le développement de la culture managériale
Outre l’ensemble des dispositifs qu’il faut allouer à la protection et à la sécurisation des données, le management des informations sensibles doit être en mesure de générer une culture interne forte. Elle n’a pas pour vocation d’entretenir un type de culte du secret dans l’entreprise, mais de permettre de mettre à niveau les communications des informations sensibles.
Nous avons les outils logiciels et les équipes pour vous aider quel que soit le Pays et le volume de données. La sécurité des données est notre priorité et nous répondons à vos exigences adaptés au budget souhaité.
La protection des données secrètes
La protection qui leur est allouée doit prendre en compte plusieurs éléments :
  • Les moyens physiques et informations qui assurent la sécurité des données sensibles ;
  • La mise en place d’un dispositif de management et de gestion de ces données.
Mais il est aussi important de :
  • Réaliser des audits des moyens déjà existants,
  • Se faire recommander des stratégies opérationnelles si besoin ;
  • Déployer le dispositif auprès des fournisseurs actuels ou en rechercher de nouveaux.

Veiller sur les risques potentiels de votre entreprise

Comment une entreprise peut-elle maîtriser les risques induits par l’innovation ?
Les professionnels recensent une multitude de risques juridiques variés qu’encoure une entreprise, dans le cadre de l’exercice de son activité. Ils demeurent toutefois unanimes à distinguer 4 principaux risques :
• l’instabilité du droit,
• la responsabilité grandissante des dirigeants,
• la remise en question pour actions(s) anti-concurrentielle(s),
• ainsi que les tensions intervenues dans le cadre des relations contractuelles
La qualité en “continue” des actifs immatériels est un indicateur clé de la capacité d’une entreprise à se développer et à générer de la richesse sur le long terme. Ce qui est valable à moment “t” peut ne plus être valable après plusieurs mois !
L’innovation est un fabuleux catalyseur pour l’entreprise, lui permettant de créer de la valeur et de la conserver. Le concept d’innovation correspond à la réalisation et la commercialisation d’une idée : l’innovation doit être techniquement réalisable et économiquement viable. Toutefois développer des produits ou des services uniquement en interne n’est pratiquement pas faisable ou peut-être financièrement très coûteux. L’option de plus en plus adoptée par les entreprises est la recherche de coopération par externalisation de fonction ou mise en place de partenariats. Le partage des tâches entre entreprises partenaires est le plus souvent la solution la moins onéreuse.
Dans le cadre d’un processus d’innovation, quel qu’il soit, nous avons souhaité étudier comment une entreprise peut maîtriser les risques qu’elle génère. Nous nous proposons d’aborder dans une première partie les risques liés à l’innovation puis d’analyser les modalités du partage des risques entre entreprises partenaires.
veille
Compare
Wishlist 0
Open wishlist page Continue shopping